dimanche 25 novembre 2018

Etre de boue




Blake: Elohim , création d'Adam.


Que sert à l'homme de gagner tout l'univers
S'il vient, qu'à Dieu ne plaise, à en perdre son âme?
Offrira-t-il cet or pour qui chacun se pâme
En échange d'un corps où s'acharnent les vers..

Où est ton aiguillon, ô mort, où donc est ta victoire?
Où est l'éternité qu'un monde promettait?
Ils dorment pour toujours, ces petits Prométhées,
En silence, inconnus, vidés de nos mémoires.

Finie l'alarme sèche sur les fins de mois,
Ou la larme mouillée en des amours défuntes,
Finis les arts morts-nés aux sottes gloires feintes,
Recherches de Narcisse aux folles faims de moi.

Trop de quêtes inquiètes de graals inutiles,
Qu'as tu donc accompli petit homme à genoux,
Face au miraculé, érigé d'entre nous
Afin de réparer tes détresses futiles?

En la glaise j'échoue,ma pauvre arche ci-git.
De ma terre à ton ciel ils mettent des falaises,
Ma race est embourbée aux boues de leur fadaises..
Contre vents et marées je suis ton effigie.


Ne cherchez pas de rapport , il n'en existe aucun car aucune chanson ne mesure la hauteur , la largeur et la profondeur mais elle est jolie...












6 commentaires:

  1. Ah, les Mots Bleus, c'est joli aussi...Sinon je cherche toujours le sens caché de ta poésie énigmatique, appréciant surtout ta musique des mots (et des rimes) bleus ou pas ;)

    Et apprenant aujourd'hui que Bernardo (Bertolucci) est parti rejoindre Marlon et Maria au pays des rêves, je te propose un Dernier Tango, juste pour le plaisir de tenir ta taille tout contre moi et humer ton parfum ♥ Besos vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un dernier tango, ah non ni à Paris ni ailleurs, mais le premier d'une longue série,quoi de meilleur que de tanguer avec un pirate?

      Supprimer
  2. Plus que jolie, cette chanson. Une déclaration d'amour et ce n'est pas courant par ces jours de lutte. La solution viendra des femmes, comme toujours. La tendresse aussi, il nous en faut. Alors, cette chanson nous apporte tout ça. Je t'embrasse très fort.
    Roger

    RépondreSupprimer
  3. Toujours chevaleresque et délicat mais la solution n'est pas féministe, pas même humaine, je crois qu'elle est divine.

    RépondreSupprimer
  4. Nous ne sommes rien, c'est toujours bon de le rappeler.

    RépondreSupprimer

Lâche toi de toute façon tu es modéré...