lundi 17 avril 2017

Reste,je t'en prie reste!




Signac, Antibes.

Si un soir tu reviens en ce jardin brouillé,
D'herbes dérangées en broussailles de garrigue,
Parmi les citrons verts, les oranges, les figues,
Ignore le passé, ne va pas trop fouiller.

Au coeur des mimosas l'or des anciens repose,
Sous la pierre se lit la sueur des artisans,
Là l'âme de nos pères se sculpte en gisants
Dans les grands oliviers,un arbre prend la pause;

Comme un cadran solaire aux flèches désarmées,
Une horloge éborgnée, une cloche alarmée
Qui tinterait en vain car privée de grelot...

Ce jardin fige en lui mes années les plus vierges;
C'est un lieu de sursis qui consume les cierges
En cires endeuillées de peurs et de sanglots.


11 commentaires:

  1. Tes années vierges je n'ose imaginer...Toujours belle plume la galinette, j'aime toujours autant tes rimes énigmatiques ;) Ici, ça sent bon la côte d'Azur, et si on allait faire un tour à Vallauris ? Besos ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela demande un drôle d'effort de mémoire en effet! Quel impertinent ce pirate! Je suis allée admirer les poteries , le château de Picasso, les Chagall à Nice, le s Canavesio à Peillon, j'ai dû t'apercevoir, je crois bien t'avoir vu.Là où se trouve le soleil et la création, tu restes toujours un peu.

      Supprimer
  2. C'est marrant, ce poème me rappelle celui de Verlaine intitulé "Après trois ans".

    Tu es d'humeur bucolique, dis donc, avec le printemps, tu nous amènes en un beau jardin, mais avec toi la fraîcheur du printemps ne va pas sans quelque amertume...

    En tout cas, ça m'a plu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là bingo! Tu m'impressionnes! Celui qui me connaît par coeur m' a accusée de réminiscence saturnienne.Comme je connais ce poème par coeur et que j'écris toujours en transe dionysiaque j'ai sans doute plagié inconsciemment.Et pourtant j'étais dans ce jardin d'Antibes auprès de mon oncle de 89 ans qui fut le témoin de toutes les étapes de ma chaotique vie, je ne pensais pas être sous influence!

      Supprimer
    2. J'aime bien ce poème et le connais bien aussi c'est pour ça. Une "chaotique vie", tu m'intéresses ! Une VRAIE vie quoi...

      Supprimer
    3. Mais oui , on s'intéresse parce qu'on est vrais, j'aime tes textes parce que tu n'es pas non plus quelqu'un qui triches.

      Supprimer
  3. Ah! Baudelaire n'écrirait pas mieux! Même dans la nostalgie de tes vieux rêves, ton jardin te tend ces bras, qui eux n'oublient pas. Merci Isabelle pour ce poème qui dessine ton coeur palpitant et chaud. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'embrasse Bizak, tu es si tendre et lumineux, le monde est trop vide de personnes à ton image, sans rancune et au dessus des haines.

      Supprimer
  4. D'autant plus beau, qu'enfin, tu te diriges vers la simplicité...il mériterait comme le poème "Septembre" d'e^tre mis en musique par Barbara...
    Voici Gribouille, une divine chanteuse et auteur qui allait droit au but !
    https://www.youtube.com/watch?v=z0IyDIe5i9c

    RépondreSupprimer
  5. "Mais oui , on s'intéresse parce qu'on est vrais, j'aime tes textes parce que tu n'es pas non plus quelqu'un qui triches."
    "tricheS" ? cela s'accorde avec le tu ou avec "quelqu"un"?
    Bon, tu me bigophones quand ? C'est bien beau les blablas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m"as fait connaître Gribouille et je l'ai adorée! J'ai mis du Polnareff parce que je viens de perdre ma tante adorée, femme de mon père de coeur, et qui s'appelait Marie Paule, c'est une affaire de consonances et tant pis pour les accords approximatifs, bises mon re bêle.

      Supprimer

Lâche toi de toute façon tu es modéré...