samedi 12 octobre 2019

Amour moilneux



 Rogelio de egusquiza, Tristan et Yseut.

 L'échiquier de nos sens,voue à l'échec et mat
 Le pastel amoureux d'humides aquarelles,
 Le destin pleurnichard dessine une marelle
Au ciel pluvieux d'un terre à terre tableau mat.

 Vous vous crûtes pionniers de tous vos nouveaux mondes,
Fondateurs d'un Eden à l'abri de vos maux,
 Le temps, ce tentateur, a serti les émaux
Vous scellant prisonniers d'alliances immondes.

 Où est-il cet amour qui défiait les dieux?
 Le temps cet assassin lui coupa-t-il les ailes?
 Qu'est devenue l'ardeur, qu'est devenu le zèle
 Sinon ce vent glacial givrant tous nos adieux...

Comme il est difficile de fermer la porte,
De se laisser partir , d'assumer d'être seul,
D'enfouir les souvenirs sous l'opaque linceul
D'une mort à venir d'une toute autre sorte.

Comme il est difficile de se désaimer,
 Sans espérer que germe un autre blé en herbe,
Une autre création née d'un semblable verbe
 Venant dans nos déserts ses graines essaimer.

11 commentaires:

  1. Je sens la tristesse dans ta poésie, courage belle amie le temps du bonheur te reviendra c'est écrit (je suis pirate, magicien et astrologue) ♥ Besos ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu prophète aussi, j'ai failli sombrer et en effet, comme tu as raison il est si triste d'être seul, je suis revenue à la raison comme toujours.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. L'éternité, cela semble si parfait que je vais finir par y croire.

      Supprimer
    2. Rackham, LMM... que du beau monde ! je ne les vois plus...

      Supprimer
    3. https://www.youtube.com/watch?v=39LM2OztjxY

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Je suis catholique et française et parfois les concessions sont compliquées mais un Danois amoureux vaut mieux qu'un patriote tiède.

      Supprimer
    2. OUF tu me rassures… grand comme il est... ça ne se lache pas ! Il est protestant, non ? Tu sais, j'aime bien avoir autour de moi quelques histoires heureuses. Tu sais tout de même que les femmes, dont TOI, êtes beaucoup plus fortes que les hommes malgré tout ce que peut chanter l'abbé. Comme le chante, elle, ma Mina... gli uomoni sono fragili, cosi fragili...

      Supprimer
    3. C'est en effet une histoire heureuse et tant mieux car je ne suis pas forte du tout, celui-là pourrait me coller au tapis sans espoir de se relever mais Dieu merci, c'est un bon gars! J'espère que tu vas bien.

      Supprimer

Lâche toi de toute façon tu es modéré...