samedi 25 janvier 2014

A travers des milliards de choix durant des années d' ombre

Böcklin: le bois sacré.


Il s' en fallut de peu, un cheveu de comète,
L' instant pour un remord, un arrêt mors aux dents,
Quelque ordre du divin insufflé au dedans
Infléchissant la course d' aveugles gamètes...

Il s' en fallut de peu, j' aurais pu ne pas naître,
Juste une heure figée à l' orbe du cadran,
Un créneau de rouage resserré d' un cran
Je fusse hôte des limbes noyée de non être.

Il s' en fallut de peu, un jouet du hasard,
Poussière d' existence semée à la brise,
Ajoutant sa virgule à d' historiques frises
Pour ponctuer d' espoir l' universel bazar.

Alors j' ai cru aux stries de nos peaux lézardées,
Labyrinthe savant des anciens manuscrits,
Les mages, les prophètes , les messies s' écrient
Afin de résister  aux nouvelles fardées.

Celui qui remercie de vivre est vraiment sage,
Aveugle d' illusions, sourd au faux bruit qui court,
Fier d' accomplir un juste et honnête parcours,
A travers la mer rouge il fraiera son passage.

31 commentaires:

  1. Il s'en fallut de peu, pour que je ne te connaisse jamais.
    Il s'en fallut de peu, que je ne lise pas ton texte avant de me coucher.
    Il s'en fallut de peu, que j'aille me coucher, sans de belles images par tes mots invoquées.

    RépondreSupprimer
  2. Je le savais, les faiseurs d' image sont des poètes, bonne nuit la magicienne des apparences!

    RépondreSupprimer
  3. Bah, tout ne tient qu'à un "cheveux de comète" dans cet univers dont le dosage précis du moindre de ses éléments chimiques rend possible son existence et par extension celle de la vie ! On en viendrait presque à croire au Grand Horloger... ou alors au destin s'il nous permet de vivre avec optimisme et confiance !

    RépondreSupprimer
  4. Je crois en tout, je suis très crédule, nul besoin de mettre la main dans tous les trous pour savoir qu' ils sont béants!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et moi, je ne crois en rien, si ce n'est en l'universel bazar, jouet du hasard...

      Supprimer
    2. Tant pis, je t' aime quand même, chacun sa folie.

      Supprimer
  5. Il n'y a pas de hasard dans mon monde parralèle. Outre la chansonnette qui m'arrache un tic nerveux, ton poème est juste à mon cœur. Quelle belle toile que tu as mise. Je ne connaissais pas. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Böcklin est surtout connu pour l' île des morts mais je suis " en amour" avec toute son œuvre, de toute façon je suis béate d' admiration devant la muse de la peinture et sa jumelle la photographie!

      Supprimer
    2. Ah! Je suis tombée en amour avec ce peintre mais ne le suis pas moins avec toi, ta plume, notre petite sœur, son oeil et un pan de l'univers. Je lorgne une nouvelle caméra, avec lentille macro, la mienne est vraiment, vraiment, vraiment désuète. Je dois me trouver un mécène riche. ;)

      Supprimer
    3. Je n' en ai trouvé que des pauvres! Tu en fais des miracles avec ta vieille camera mais on peut peut être se cotiser nous tes admirateurs, mets une adresse pour les dons sur Facebook tu seras étonnée du résultat!

      Supprimer
  6. Cette toile possède les cinq éléments. Magnifique­. Je suis emportée par tout son symbolisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et mon air et ton feu! Bise aérienne ma flamboyante!

      Supprimer
  7. Tu nous sers tes délicieux poèmes au compte gouttes mais ils sont toujours pleins d'âme et de pensées profondes! ils peuvent être insolubles pour qui ne sait voir, mais pour l’œil sage et celui qui t'a côtoyée ne serait-ce que furtivement, il sait le bonheur de te lire! Il s'en fallut de peu et le peu est beaucoup! la vie est aussi furtive que le sourire d'un ange et poutant il s'en fallut de peu....pour le sourire!
    Merci Isabelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bizak tu t' y connais en œil sage et en sourire d' ange, j' espère que tu sens aussi à distance toute ma bienveillance et ma tendresse fraternelle pour toi et les tiens, je t' embrasse comme on étreint!

      Supprimer
  8. Sacrée Orfée ! Toujours le vers pétillant et le crayon à la main tu tisses des élégances aux tableaux que tu racontes, avec la maturité de l'artiste accompli ! Bravo ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pirate, comme c' est gentil de venir ici , toi qui fraies en haute mer et ne mouilles plus que dans de lointaines rades, je t' embrasse pirate et te souhaite butins et belles esclaves à foison!

      Supprimer
  9. Bonjour
    C'est rassurant de savoir que parmi toute une plaïade de clones, un seul se différencie, un seul sait ;) et en multipliant les expériences, on peut peut-être espérer un monde d'amour loin de tous les dogmes qui dirigent nos pensées et nos actes.
    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C' est intéressant ce que tu dis, avant je me laissais un peu choisir et guider par le hasard, et tout d' un coup quelqu' un s' impose comme une évidence et au contraire redonne confiance dans des dogmes et des idéaux pour lesquels on pourrait même combattre,en tout cas merci pour ta densité.

      Supprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore de la reconnaissance pour ton passage, j' en profite pour te signaler comme une perle rare à mes amis connaisseurs, cela peut paraître bête, un enthousiasme juvénile et une admiration débordante, mais en toute gratuité et sincérité, je trouve que ton écriture est géniale et incroyable, voilà.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. J' ai vu! La passion est partout dans tes textes, Eros et Thanatos, les vrais parents de la poésie, et quelle musique, à très bientôt ,
      Isabelle.

      Supprimer
  11. Troublante vérité.
    Je savais tout cela de ma naissance, comme de la tienne, mais ainsi dit, je me laisse embarquer. même si j'ai parfois regretté d'être né dans mon enfance, puis dans ma jeunesse, la vie m'a donné le courage d'aller voir plus loin, de rencontrer de belles personnes, malgré tout, et je ne regrette pas.
    Dans ce monde virtuel, tu es une personne qui compte beaucoup pour moi.
    Je t’embrasse, Isabelle.

    Roger

    RépondreSupprimer
  12. " j'ai parfois regretté d'être né dans mon enfance, puis dans ma jeunesse..." Quelle jolie phrase, on dirait le début d' un roman de Proust! Toi aussi orfèvre de la pierre, tu comptes énormément, tu es un trait d' union entre l' Ancien Testament et la spiritualité indienne, je suis heureuse de pouvoir me ressourcer chez toi, je t' embrasse!
    Isabelle.

    RépondreSupprimer
  13. Très jolie ode à la vie qui ne tient à pas grand chose humainement parlant, mais résultant d'une chose immense qu'est l'amour d'un Créateur.
    Et il n'est point de vice ni de guerre qui pourront nous ôter cette joie profonde de la gratitude d'être né.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On s' est comprises...C' est une fierté et un honneur d' être un humain voué à la splendeur de ce qui est vrai, ni un animal, ni un monstre , ni un hybride, un humain.

      Supprimer
  14. Bonsoir Isabelle,

    Un très joli poème...comme un cri...Le premier que nous poussons...

    Il y a milliard de notes, un milliard de possibles...Et plus encore...

    La Vie est Belle...

    L'Invisible est tout autour de nous, bienveillant...Toujours...

    Poétiquement,

    Maxence.

    http://www.youtube.com/watch?v=PAuwd-4yYHE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maxence,

      Je suis tellement triste de ne plus te lire que dans ton recueil, tu sais que ta présence me porte et que c' est de ta poésie dont je me sans la plus proche, nous sommes frères de plume, et tu disparais, tu joues à cache cache, j' ai été très en colère contre toi, ton blog est si joli, tu pourrais le laisser de temps en temps à l' abandon mais sans le soustraire aux regards, enfin, je n' ai pas de leçons à donner , je t' exprime mon manque et ma terreur de ne plus avoir vent de toi, merci de cette visite lumineuse, ne disparais pas complètement, je ne suis pas si solide et insouciante qu' il y paraît et je tiens vraiment très fort à toi, le premier poète découvert , un émerveillement, une illumination...

      Supprimer
  15. Il s'en fallut de peu pour que mon tonton s'appelle tata :o..(désolé;D)

    je m'immisce en dernier, en cancre, et c'est pas pour écouter Paulo, mais pour te lire une énième fois..je vois des choses nouvelles à chaque fois, et la fin me laisse pensif.
    En tant qu'athé (limite gueux), je pense qu'avoir tous les jours l"idée de l'éphémère, penser à notre durée, nous pousse à faire le bien..au moins avancer sans faire de mal. Mais bon, j'dis ça ..

    Biz frangine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l' aime bien ce gueux au grand coeur! Tout ce qui pousse au bien c' est ça qui est divin, je suis admirative des bonnes natures qui sont attirées par la beauté naturellement, pour moi ce n' est pas gagné...

      Supprimer
  16. Bonjour
    Gratitude ? Un bien joli souvent galvaudé de nos jours mais le "bien-né", l'heureux saura faire de sa vie une éternelle étoile ce qui n'empêche pas de garder oeil et oreille bien ouverts sur le monde et ses bruits.

    Sans doute encore à contre-courant des autres commentateurs mais qu'importe je ne vais pas bouder mon plaisir de te suivre dans tes poésies

    RépondreSupprimer

Lâche toi de toute façon tu es modéré...