lundi 22 juillet 2013

L' eau bout à cent degrés et moi bien avant.

Bouguereau: Oreste fuyant les érynies.

 C' est la moite saison de l' humus putréfié
 Prompt à restituer l' arôme des cadavres,
 La terre desséchée n' est plus l' humide havre
 De la flore livide aux feuilles raréfiées.

 La vie microscopique grouille en toute chair
 Dont prématurément la viande se faisande,
 Les vers blancs triomphants dansent la sarabande
 Tel un bal de damnés qui par orgueil péchèrent.

 Quant à mes congénères des congés payés,
Plus bruyants et plus nus qu' une sorcière en transe,
 Exhalant une sueur nauséabonde et rance,
 Ils rient d' aise au soleil, sans raison, égayés.

 Tous mes sens agressés me supplient en silence
 D'apaiser leurs tourments dans l' asile isolé
 D'un sommet rafraîchi ou d' un froid mausolée
 Loin des veillées où grille l' os des pestilences.

 Les nobles animaux à la langue pendante
 Sous quelque frondaison gisent tous, affalés,
 Buvant quelque rasade d' air vite avalée
Au sein d' une fournaise de bouffées ardentes.

 Et pour bouquet final, cruelle ignominie,
 Le monstrueux assaut de bruissantes cohortes,
 Lubriques mouches, mites ou rampants cloportes,
 Miroirs de mes enfers comme des érynies...

48 commentaires:

  1. Elévation

    Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
    Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
    Par delà le soleil, par delà les éthers,
    Par delà les confins des sphères étoilées,

    Mon esprit, tu te meus avec agilité,
    Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,
    Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde
    Avec une indicible et mâle volupté.

    Envoie-toi bien loin de ces miasmes morbides ;
    Va te purifier dans l'air supérieur,
    Et bois, comme une pure et divine liqueur,
    Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

    Derrière les ennuis et les vastes chagrins
    Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,
    Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
    S'élancer vers les champs lumineux et sereins ;

    Celui dont les pensers, comme des alouettes,
    Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
    - Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
    Le langage des fleurs et des choses muettes !

    Charles Baudelaire Les Fleurs du Mal

    Et même si "été" est le passé d'"ëtre" Dieu saît que "Sera"...

    Bekos d'un voyageur sur le départ, mais toujours prêt à un clin d'aile affectueux...

    Je ressens profondément le sens de ton écrit...

    Poétiquement,

    Maxence,

    RépondreSupprimer
  2. Maxence comme je t' envie, je sais que tu vas aller puiser loin d' ici à l' essence de la beauté, là où je vis, tout est si vulgaire! Tu me ramèneras un peu de nature que la civilisation n' a pas polluée, comme un viatique, je t' embrasse , j' ignorais que tu veillais encore comme mon archange gardien, je suis moins accablée, merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les chansons ne sont jamais du niveau des poésies, pourquoi aimes-tu ces médiocres ?

      Supprimer
    2. J' ai pensé au " vol du bourdon" mais il s' agit d' un blog public, à la vérité , j' aime bien les négresses vertes, pas tant Bodega bodega que " sous la mer les cimetières" je ne sais plus, cela parle de cyprès et de mort et après tout qu' importe, c' est comme ma maison, la déco est à chier mais l' âme fait que tout le monde à l' air de s'y plaire , du moins je l' espère.Je pense que je suis un peu plus branchée poésie que musique et contrairement à toi je ne peux m' autosuffire avec Barbara qui me ressemble trop.

      Supprimer
    3. et Ferré, Gribouille, Eva, Battiato, Mina, Pravo, Vanoni, Clara Montez, Nougaro etc.
      Ils élèvent,quant aux négresses vertes, ils puent des aisselles, ils sentent le bouc, pire, l'humain, beurk ! Ah, ah, ah !

      Supprimer
    4. Merci pour ces découvertes, à part Ferré ( qui m' agace) et Nougaro que j' adore je n' avais jamais entendu ces noms avant toi et en effet, ils méritent d' être connus.

      Supprimer
  3. Orfee, Orfeee

    J'ai l'impression que tu as chaud !
    Me trompé-je ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha ha! Toi , tu comprends mes coups de gueule!

      Supprimer
  4. Ah! Les négresses vertes... j'ai toujours beaucoup aimé. Et puis tes mots nous amènent au cœur de la beauté. Moi si. Il n'y a pas d'autres endroits viables que nos mondes intérieurs dans ces temps sombres. Les beautés que l'on fait fleurir dans le cœur des gens sont de la réanimation nécessaire. Merci Bella d'alimenter nos jardins collectifs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma chère Rouge, merci pour ce joli commentaire, je sais que nous sommes sans doute des tempéraments de feu, d' ailleurs il faudra que tu me dises ton signe, moi je suis un signe d' eau et je ne crache pas sur un peu d' air, je t' embrasse!

      Supprimer
    2. De terre, je vois ROUGE! ;) Voilà pourquoi le volcan me parler. Terre-Feu. Ma fête est le premier de mai, née dans les feux de Beltane. Moi, j'ai peu d'eau dans ma carte du ciel... je suis comme un poisson, dans l'eau et pour cet élément c'est la renaissance. Je m'y sens très bien.

      Supprimer
    3. Hou la la! Un taureau né le jour de la fête du travail! Un trop plein d' énergie à déverser autrement que sur l' échelle sociale...tu devrais peut être te mettre à la photo ou à la peinture, j' ai comme un pressentiment...

      Supprimer
    4. Je vais dire comme Brebis mais tu es Médium!!! :) Ah! L'énergie mon moteur. Et toi, tu es poisson? J'ai beaucoup de poisson autour de moi que j'aime beaucoup mais je me dis que c'est autre ton signe. Enfin.

      Supprimer
    5. Je suis née dans la nuit du 14 juillet ce qui a bien fait enrager mes parents royalistes, j' étais déjà une emmerdeuse!Et oui je suis un cancer pur porc ascendant cancer, lunaire et faussement agressif comme un petit crabe...

      Supprimer
    6. Et je suis charmée par les taureaux et raide dingue des balances porteurs de l' équilibre et de la force que je n' ai jamais eus.

      Supprimer
    7. J'ai manqué ton anniversaire. Bonne fête en retard. Cancer ascendant cancer... hou-là la sensibilité et la famille!!! Moi ascendant gémeaux... nous somme donc trois comme la trinité. Toujours voulue un homme cancer mais je ne sais pas où se trouve la tale. ;)

      Supprimer
    8. Mais je comprend mieux ton quand tu aimes, tu aimes. Fidèle les cancer et d'une certaine façon très stable. Peut-être que tu le vois simplement pas.

      Supprimer
    9. Toi je t' aime,franche et spontanée comme une jeunesse des âges d' or!Moi aussi j' ai loupé l' occasion de célébrer un évènement plus enthousiasmant que cette fête débile à part l' occasion de ne rien faire paradoxalement.Laisse tomber ce signe psychotique, quand j' ai eu mes enfants je me suis dit " cocotte, tu as pris perpète", alors la famille et la belle famille, beurk :)Il te faut ce qu' il y a de mieux, je t' assure, les balances, ce sont des intellectuels artistes harmonieux.

      Supprimer
    10. Les cancer? Psychotiques? Autant que les gémeaux? Sont terribles eux aussi. De l'air, peur de tout, d'être enfermé... enfin.

      Un jour, je suis tombée en amour avec un homme balance, le 9 septembre je sais plus quelle année. Seule date que je me souvienne. Enfin, il brillait bizarrement (ça ne m'a plus jamais fais cela). À Londres, dans un pub, un anglais. Bref... la seul balance que j'ai connu mais bon dieu... électrique. Puis l'année d'après, suis allée le rejoindre en Écosse et je suis tombée follement amoureuse de cette ville. Édimbourg. Bref... jamais recroisé une balance. Si tu connais une talle, faut me le dire. ;)

      Supprimer
    11. N' importe quel signe serait annihilé par le fait d' être Anglais, c' est un signe en soi :)L' Ecosse! Comme je t' envie, en effet on ne doit pas se sentir enfermé dans les highlands! Mon ami n' a que des potes célibataires, mais il faut dire qu' il n' y a qu' une folle qui peut les suivre, quand tu veux tu fais un essai, ce sont des cameramen tous un peu photographes et sans rire, tu es la bienvenue.Par contre en été, on a trop de barbecues:)

      Supprimer
    12. Yeah! Mon budget est restreint pour prendre l'avion pour des BBQ ces temps-ci mais quand je deviens une riche peintre de l'internationale (folle) je vais vous voir assurément. :D

      Supprimer
    13. Tu ne seras jamais riche: tu as du talent.

      Supprimer
    14. Ha! Ha! Effectivement... j'ai jamais fait d'argent avec mon art. Je t'adore. :D

      Supprimer
  5. Ah je ne me mélange que dans les embouteillages, jamais à la plage ( ou alors parce que la fille y est jolie...;)

    Mon tricorne te salue, faisant quelques zig zag qui rafraîchissent ton corps nu sur ta serviette, qui de plaisir s'ouvre alors en éventail, pour mon plus grand bonheur ;) ♥ Besos Canaille!♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te mélanges dans les embouteillages? Pour info l' amour dans un lieu public est passible d' environ 160 euros d' amende et ne me demande pas comment je le sais:)A part ça mon corps donne des cours à des étrangers dans une tenue adéquate, les vacances c' est pour les autres, bises capitaine!

      Supprimer
  6. Éh, je vois que les vacances n'arrange en rien ton optimisme !

    C'est vrai que l'été n'est pas si agréable qu'on veut bien le dire, avec cette chaleur et ce grouillement de vie propres à attiser les plus bas instincts. Personnellement je suis de moins en moins fan de cette saison.

    Profite bien quand même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout dépend d' où l' on se trouve, à beaufland où s' enchaînent les barbecues c' est devenu insupportable!

      Supprimer
  7. *que les vacances n'arrangENT

    Je te souhaite une bonne nuit moite, collée aux draps !

    RépondreSupprimer
  8. Délectablement immonde! La musique des mots même nous plonge dans cet enfer des congés payés d'été : triste marchandage de leur liberté contre un esclavage consenti...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sonia mon amie , tu es revenue, tu m' as manqué, je manque terriblement de la méditation des jardins!

      Supprimer
    2. Quelle douce protestation!
      quelques poèmes seulement et déjà tu m'appelles "amie".
      Ma fidélité est parfois silencieuse, jamais absente : c'est la leçon de la méditation des jardins.
      Au prochain, chère Orfeenix.

      Supprimer
    3. Ce n'est pas à cause des poèmes, c' est grâce à ce que toi tu écris!

      Supprimer
  9. Une réjouissante transpiration, exsudation ! Parole ! Reconnaissons que les "fleurs" poussent sur le fumier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu en sais quelque chose toi qui sais faire de l' or avec la misère dans tes images, ce sont de sages paroles,en fait j' ai préféré me défouler sur papier que d' aller pisser sur les barbecues en éructant des imprécations mais j' ai bien conscience que ce sont de braves gens, meilleurs que moi et que la chaleur est nécessaire et que les insectes sont nos amis :)

      Supprimer
  10. Ta poésie Isabelle est toujours déchaînée telle du feu mais tellement pleine de sagesses! Je tente toujours de garder la tête froide devant le torrent de tes mots braisant, brûlants mais pas blessants! Je vois que tu es née un certain 14 juillet crépitant dont je te souhaite beaucoup de bonheur même en retard, Ma chère Isabelle!Je suis né sous le signe du Taureau comme La Rouge et je suis ravi d'apprendre que tu aimes ces bêtes chaudes fougueuses mais tendres et infinies dans l'amitié! Je t'embrasse chère Isabelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bel autoportrait fidèle, mon cher Bizak,taureau, vraiment, cela te sied à ravir,mais assez futé pour n' entrer dans aucune corrida, moi aussi ,comme le dit mon amie la Rouge, je suis fidèle en amitié, et la nôtre, de longue date est indéfectible.

      Supprimer
  11. Ah, l'été! Mon seul voyage se fait de mon jardinet à la grotte dans la forêt, pendant que d'autres s'huilent et se serrent telles des sardines sur les plages étouffées!
    Je fuis aussi les barbecues, avec ses saucisses carbonisées, ses salades de riz trop sèches et son rosé imbuvable... Je rêve de fondue aux fromages!! Rébellion!
    Réjouissance estivale, j'ai demandé en épousailles un ventilateur, il me murmurera sa réponse bientôt je l'espère...

    RépondreSupprimer
  12. Une grotte dans la forêt? ça fait vraiment rêver, décidément tu es un peu sorcière! Méfie toi des ventilateurs,ça brasse du vent et ça ronfle!

    RépondreSupprimer
  13. Beau poème qui décrit si bien l'été, cette saison des catastrophes à répétition, du bruit redoublé et des corps moites en accélération de putréfaction. Je déteste l'été mais j'aime beaucoup les mots, le rythme et le style de vos écrits,
    Ibara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ibara, votre estime est d' autant plus précieuse et motivante pour moi qu' elle est plus que réciproque.

      Supprimer
  14. L'été tout va bien plus vite, Hein! en certains processus...... on s'en prend à chercher un nom d'auteur célèbre de ce que vous écrivez et puis non...... (nom?)

    Et puis merci pour les Négresses Vertes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C' est le plus beau compliment que l' on puisse me faire, eh bien je ne suis personne, et ça m' arrange bien! Merci de votre intérêt, vous êtes le très bienvenu.

      Supprimer
  15. Fuir ces endroits quand tout le monde se l'approprie en même temps, dans un espace si réduit pour chacun qu'ils retrouvent cet étouffement des villes surpeuplées.

    Vivement la fin des vacances.

    Toujours ces mots percutants qui font prendre conscience de tant de choses :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, rien à voir avec l' aquarium de Vannes, une micro société si calme, ni avec la Bretagne d' ailleurs, au romantisme sombre, tu as bien choisi!

      Supprimer
  16. Très chère Orfeenix, tu réalises là un parallélisme entre deux fresques par le biais métaphorique: celle de l'humain et celle des vers nécrophages et puis le tout plongeant dans la réalité sociologique des vacances de masse. Cela grouille, cela grouille, cela grouille! et la chère Orfeenix qui rêve d'un atoll pour se reposer en paix! Comme toujours, belle écriture, très originalement orfeenixienne! J'attends le recueil!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour écrire il faut un stylo, pour éditer un recueil il faut du talent, je laisse cela aux maîtres, dont tu es.Toute ma sympathie pour ce que ton beau pays est en train de traverser,je t' embrasse.

      Supprimer
    2. Merci beaucoup, très chère Orfeenix, pour tes sincères encouragements ainsi que ton indéfectible et si sympathique-empathique présence.Je t'assure, et tu le sais très bien, je ne suis pas du tout complaisant: tu es bourrée de talent poétique! Bises de Bizerte.

      Supprimer

Lâche toi de toute façon tu es modéré...