jeudi 17 mai 2012

A la tienne Etienne

Saint Etienne de Brie Comte Robert

 Lézardée, fissurée, enfouie sous les décombres,
Grande dame ecclésiale, tu es humiliée,
Tes cicatrices béent, tes brèches par milliers
Supportent l' eau des pluies comme un bateau qui sombre.

Toi la reine gothique à l' orgueilleux clocher,
 Souillée par les pigeons et les athées rieurs,
Toute noircie dehors,brisée à l' intérieur,
Tu suintes en silence les espoirs fauchés.

Le temps inquisiteur à l' ultime question,
Ce terrible bourreau plus juste que la mort,
Gargouille écarquillant une gueule qui mord,
 Assiège à coups d' épines ton dernier bastion.

 Ton choeur est pris; ton choeur aimant, choeur lapidé,
Couronné de crachats, ces perles inégales,
 Fleuri des moisissures de tes astragales,
Regrette le zénith des ors dilapidés.

Ta robe de carême couleur d' améthyste,
Plus froide qu' un linceul se déchire au regard
Du Messie crucifié,omniscient et hagard.
 Tu es voilée de deuil, pauvre madone triste!

N' oublie pas que la ronde des anges t' enlace,
Le ciel s' est abaissé aux azurs délavés
 De tes tableaux ternis aux parois enclavés,
 Le ciel s'est fait petit et tient dans ta rosace.

6 commentaires:

  1. Un belle cathédrale comme une femme, éternelle comme un amour...:)
    Tes vers tapisseraient bien un tel monument érigé pour ta gloire, Orfée !
    Besos belle écrivain ♥

    RépondreSupprimer
  2. Jack tu es adorable et c' est tout à fait ça : je me suis reconnue dans cette église de mon enfance, elle a beaucoup vieilli mais arrive à susciter de la tendresse! Je t' embrasse mon pirate!

    RépondreSupprimer
  3. Beau poème Isabelle! Je sais que tu savoures le bonheur quand tu parles des temples et des cathedrales qui étaient tes souvenirs d'enfance! Tu embrasses le présent, tu penses à l'avenir mais tu n'oublies jamais le passé!
    Je te reconnais une fidélité saine(sainte!)! Oui une belle cathédrale, éternelle comme l'amour que tu es, comme l'a si bien suggéré Jack!
    Je respire avec ton blog ou plutôt je suis oxyporegené (oxygener par les pores..!, ne cherche pas , c'est un mot imventé par moi).Laisse moi un petit coin dans ta cathédrale, en échange de mille bises!

    RépondreSupprimer
  4. Tu occupes une bonne place dans mon choeur! Très joli néologisme, je l' adopte, oxyporegénérons nous, avec mille bises en effet!

    RépondreSupprimer
  5. ... Et si quelques vieillards hantent ton choeur, que ce soient les 24 anciens de l'Apocalypse chantant tes louanges...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et non pas les deux de Suzanne au bain!

      Supprimer

Lâche toi de toute façon tu es modéré...