mardi 7 février 2012

usager sans fierté




Orfeenix N' aime pas les liens superficiels,
La cuisine , l' humeur, l' air du temps et les fripes,
Qu' on parle vrai, bon sang, du tréfond de nos tripes,
Le terrien quoi qu' on dise est bâti pour le ciel.

Assez des morts vivants, ces consentants otages,
Ces pseudos révoltés hurlant avec la horde,
Bouches grandes ouvertes qui jamais ne mordent,
Mains tendues au butin d' un singulier partage.

Qui donc a des regards transperçant la matière,
Quelle main peut toucher l' âme , tissu précieux,
Quelle oreille entendra tous les cris silencieux
Des affamés du beau, toute leur vie entière.

Désamorçons ce cite chargé de virus,
J' aspire à pleins poumons le doux parfum des êtres,
Purifiés des dépouilles de leurs anciens maîtres,
Les tyrans , les traders, les césars, les Pyrrhus;

Ces adulateurs d' or tâché d' encre de suie,
Ces fauteurs d' incendies, d'anciens autodafés,
Assassins du savoir, béotiens empaffés
Ne m' enseigneront pas la lignée dont je suis.

8 commentaires:

  1. Tu n'aimes pas la cuisine, Orfeenix ?
    J'avais lu ailleurs un flanc de courgette et des papillotes de saumon qui m'avaient mis l'eau à la bouche (entre autres ) ^^

    C'est un beau pamphlet, et tu as raison : Les râleurs sont pas les acteurs, des coureurs de moulin au pire mais pas des Capitaines ! :)
    Besos ma belle, content de ton retour ! Tes rimes me touchent mais je crains pas les chatouilles...Besos fous ♥

    RépondreSupprimer
  2. Capitaine mon capitaine, toutes ces choses merveilleuses au quotidien sont plus agréables à consommer qu' à discuter, j' aime parler en sirotant de bons petits plats de l' intimité de l' autre, de l' art , du sens de l' existence , des grands idéaux, des rêves ou encore s' esclaffer sur n' importe quoi, la nourriture finit dans l' estomac, le reste demeure dans mon coeur..guili guili, mon pirate!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour le ou la phénix: A tous ces plaintifs, comme dans les contes kabyles, il faut leur acheter des baumes et des onguents que ramènent des caravanes d'une île lointaine, pour recoudre leur peaux sur la chair...Et dans la fin du conte, il est dit que ces plaintifs tiennent comme luxe rare à leur puanteur, et ayant été surpris se grattant et s'humectant de fientes,ils furent condamner à l'errance dans le desert du sahara!
    Mais toi je t'adore notre égérie!

    RépondreSupprimer
  4. Bizak, c' est incroyable cette mythologie, je ne connaissais pas du tout , on dit qu' errer dans le désert permet de se connaître ou de sombrer dans la démence, je pense que tu n' as pas eu besoin de ce châtiment pour bien te connaître, Bizak le sage!

    RépondreSupprimer
  5. ...D'où peut être vient l'expression: il prêche dans le desert! (mais là, ça n'engage que moi.)

    RépondreSupprimer
  6. chère amie, vous avez beaucoup d ' ennemis, je n' étais pas depuis deux heures chez vous que mes amis criaient haro sur l' anesse, la liberté d' expression et d' opinion se retrouve très restreinte, l' ignoriez vous? Je subis bien des pressions mais qu importe, j' aime avoir des amis dans tous les camps, je n' ai pas honte de m' intéresser à ce que vous faites mais je n' assumerais pas de perdre mon gagne pain car j' ai deux enfants que j' élève seule, je sais que vous me comprenez.

    RépondreSupprimer
  7. Bizak, ce qui n' engage que toi me semble très engageant!

    RépondreSupprimer

Lâche toi de toute façon tu es modéré...