dimanche 3 juillet 2022

Résilience résiliée

 L'Enfant malade

 

 Munch, L'enfant malade.

Je n'arrive pas à publier de commentaires, mon compte m'échappe, mon unique lecteur sache que je me bats avec une longue maladie comme on l'appelait autrefois mais que je la prends comme une fabuleuse opportunité d'expiation et de propritiation, de toute façon, il faut bien que notre tour vienne, et je suis très entourée, aimée,  fleurie, choyée. Enfin, une méditation sur le terrain, je prie pour toi aussi Chris.

D'après le psaume 22

 

Pourquoi m'abandonner, ô mon Père, ô mon Dieu?

Le salut reste loin de moi quand je gémis,

Pourtant tu es si saint, tu habites tout lieu,

Le jour je crie d'effroi, la nuit mon corps frémit.

 

Tu délivras nos pères, sauvas leurs troupeaux,

Vers toi ils ont crié, en toi ils se confièrent,

Point ne furent confus et je n'ai nul repos ,

Un ver non plus humain, risée de l'homme fier,


L'opprobre et le rebut: ceux-ci hochent la tête,

Ceux -là ouvrent la bouche en se moquant de moi,

"Que le bon Dieu cautionne sa stupide quête,

Qu'il le sauve , attendri par ses pauvres émois."

 

Mais oui, tu m'as tiré d'entrailles maternelles,

J'ai cru sitôt sorti du giron de ma mère,

Ma foi s'est affermie sur tes lois éternelles,

Ne m'abandonne pas à cette angoisse amère.


Les taureaux de Basan, les monstres m'environnent,

Leur mâchoire de lions terrifiante rugit,

Venez à mon secours car l'horreur m'éperonne,

Mes os se sont disjoints, mes eaux se sont rougies.


Mon coeur est de la cire, il fond dans mes entrailles,

Ma langue desséchée s'attache à mon palais,

L'attroupement de chiens, de scélérats me raillent,

Poussière agglutinée qu'un peu de vent balaie.

 

Les docteurs de la loi m'observent et me scrutent,

Ils me percent les mains, ils me percent les pieds,

Je compte tous mes os, en vain contre eux je lutte,

Mes jours sont décomptés, mes actes sont épiés,

 

Le fil de mon destin sera tiré au sort,

Ils ont éparpillé mes moindres vêtements,

Ne vous éloignez pas, restez, Dieu saint et fort,

Venez à mon secours car je sais qu'on me ment,

 

Délivrez moi du fer, délivrez moi des dents,

Sauvez moi des vautours, sauvez moi de la hyène,

Afin que je célèbre d'un amour ardent,

Le doux nom de Yahvé d'une hymne musicienne. 


Le temps viendra bientôt qui le rétablira

En toute royauté, sertie des ses miracles,

Ses saints souvent bafoués, il les ennoblira,

Eclairés des rayons d'immortels tabernacles.

 

 

 




 



 

 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Lâche toi de toute façon tu es modéré...